Le campus du futur

<![CDATA[J'ai animé, le 19 mai dernier, la table ronde sur le "campus du futur", au colloque organisé par l’Association des villes universitaires de France à Roanne.
Voici les quelques mots d'introduction que j'avais préparé pour l'occasion.

La plupart des campus universitaires en France édifiés dans les années 60 et 70 étaient le fruit d’un compromis implicite entre deux conceptions : d’une part le modèle du campus américain, dont on retenait surtout le rassemblement des lieux universitaires à l’écart des centres-villes existants, d’autre part la prééminence des formes d’enseignement traditionnel autour du couple amphithéâtres de cours magistraux et salles de TD ou TP.
La vague de développement universitaire de la fin des années 80 au milieu des années 90 a été l’occasion, notamment à la faveur de l’investissement des collectivités locales, de remettre en cause partiellement ce modèle. De nombreuses nouvelles implantations universitaires on été pensées comme un élément de la vie urbaine et diverses réalisations ont témoigné de l’effort de penser la vie universitaire de façon plus globale, en intégrant mieux par exemple les équipements documentaires, sportifs ou culturels dans les nouvelles constructions.
Peut-on aujourd’hui aller plus loin dans la prospective et jeter des pistes de réflexion sur ce que pourrait être un campus du 21° siècle ?
De nombreux éléments interpellent en effet les conceptions traditionnelles du fonctionnement universitaire “à la française” et ont des conséquences à tous les niveaux de l’organisation des campus, en termes de cursus comme d’aménagement de l’espace ou de relations administratives ou pédagogiques. Essayons d’en relever quelques uns à titre d’exemple.
Les évolutions sociologiques de la population étudiante comme le renouvellement des savoirs et des missions de l’enseignement supérieur plaident ainsi pour reconsidérer ce qu’est, ou plutôt ce que n’est pas, la pédagogie universitaire. Trente ans après mai 68, on se satisfait de moins en moins de l’idée mythique d’une transmission du savoir à l’étudiant par le simple truchement du cours magistral, modèle qui reste encore prégnant quoi qu’on dise par ailleurs.
Quelle formation et quel rôle imaginer pour l’enseignant dans le supérieur demain, entre producteur, transmetteur et médiateur du savoir ? Quelle place pour le tutorat ? Le soutien individualisé ? Les différentes formes de “coaching” ?
Si l’on estime que la relation pédagogique entre les étudiants et les enseignants doit être plus étroite et plus régulière, comment traduire cela dans les cursus universitaires, dans les temps de présence et donc aussi dans les locaux ?
A l’heure où l’Internet a profondément pénétré le quotidien, peut-on encore imaginer un rapport inchangé des étudiants au document scientifique ? Quelles conséquences pour les bibliothèques, les espaces de travail, les équipements personnels des étudiants ?
On attend aussi que l’enseignement supérieur dote les étudiants non seulement de connaissances académiques vivantes irriguées par la recherche mais aussi de compétences leur permettant de tenir leur place de citoyen dans la société. Que l’on parle d’autonomie à la française, ou de “Empowerment”, à l’anglaise, l’enjeu est bien de former autre chose que des “bons élèves”.
Comment l’université, dans son fonctionnement quotidien, participe à cette construction citoyenne ?
Comment inciter les étudiants à s’investir dans des projets de toute nature plutôt que de rester dans des situations de cloisonnement et d’isolement disciplinaires, pédagogiques ou sociaux ?
Quelle insertion de l’étudiant dans son environnement économique, social et urbain ?
Dans quelle mesure l’université elle-même doit s’efforcer de respecter dans son fonctionnement quotidien des valeurs de développement durable, de diversité ou de solidarité qu’elle peut être amené à promouvoir comme formation de l’honnête homme du 21° siècle ?
En fait, si l’on voulait résumer l’un des enjeux majeurs du “campus du futur”, ce serait peut-être de dessiner les contours d’une université qui serait une véritable communauté au sein de la cité, sorte d’organisation apprenante qui bénéficierait de son environnement autant qu’elle y contribuerait, bien au delà d’une simple usine à matière grise posée là pour de simples raisons contingentes.

 
[gview file=”http://www.universites-territoires.fr/pdf/UT_77.pdf”]]]>


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search