Et ils appellent ça un travail universitaire…

<![CDATA[Dans le cadre de ma veille professionnelle sur les compétences en éducation, un collègue m'envoie aujourd'hui les références d'un mémoire de maîtrise de maîtrise de sociologie venant du Québec. Toujours impatient de découvrir de nouvelles références, je me précipite sur l'url.
Bon, première douche froide, un titre qui singe tous les slogans simplistes des postures gauchissantes à la mode dans les départements de sociologie "Le constructivisme et la logique des compétences en tant que relativisme scientifique : les réformes de l’éducation sous les impératifs utilitaires de la mondialisation néolibérale”. Pas grave, me dis-je, et même tant mieux si je trouve un mémoire un peu consistant pour défendre les thèses des critiques “de gauche” des compétences. Ce que j’ai pour l’instant en stock dans la littérature existante est tellement faible, que ça me changera des approximations de café du commerce que j’entends dans les colloques universitaires en France…
Hélas, hélas, la lecture du résumé m’oblige à absorber un pauvre galimatias dont l’indigence intellectuelle n’égale que l’arrogance des affirmations. Une sorte d’éditorial du Monde diplomatique, pour les idées, mais rédigé en français plus approximatif.
Obéissant quand même à mes scrupules de documentaliste, je fais subir au mémoire l’épreuve ultime qui décidera s’il mérite une lecture : l’examen de la bibliographie.
Dans les sciences humaines et sociales, en effet, il y a deux moyens principaux pour étayer scientifiquement un texte : soit en présentant des résultats d’une enquête/recherche (à base d’entretiens, d’observations, de statistiques ou autres), soit en articulant des écrits antérieurs,(dans une visée de production de nouvelles connaissances) récapitulés dans la bibliographie. Le plan de ce mémoire ne montrant visiblement pas de base empirique majeure, c’est donc dans son maniement de la littérature existante qu’on peut espérer trouver les preuves de ce qui est avancé.
Hélas, trois fois hélas, pas de miracle : là où l’on pouvait s’attendre à retrouver une part consistante des écrits un peu fondamentaux sur les compétences (en pour comme en contre), on doit en fait se contenter d’une liste brinquebalante où se côtoient Marx (Tome 1 du Capital) et Charles Soulié, mais l’on ne trouvera au hasard ni Perrenoud ni Bernard Rey (mais avec en revanche Angélique del Rey…).
Je sais que l’exemple vient trop souvent de haut, mais comment peut-on prétendre faire un peu de science en ignorant sciemment l’essentiel des textes qui ne viennent pas à l’appui de votre “opinion” (je n’ose parler de théorie en l’occurrence) ? Comment prétendre faire ses premiers pas d’apprenti sociologue en étant incapable d’esquisser le moindre état de l’art dans son domaine ?
Il faudrait un jour qu’on explique à une grande part de ces sociologues forcément “critiques” , et surtout à leurs élèves, qu’il ne suffit pas de pousser quelques phrases contre la mondialisation néo-libérale pour construire une argumentation de niveau universitaire….
Je ne tiens pas à accabler plus que ça ce monsieur que je ne connais pas et donc je n’ai pas tenu à le nommer ici, mais pour vérifier sur pièce : http://www.archipel.uqam.ca/5290/]]>


1 réponse

  1. David Auclair dit :

    Après la lecture de plusieurs de vos ouvrages et de nombreux textes de M. Perrenoud, moi je vous ai lu! Il ne me semblait pas utile de reprendre autant de redondances sur ce qu’est une compétence. Trop de déterminations sans le regard d’ensemble risquent l’aveuglement de la réalité. Pour moi, les réformes de l’éducation appartiennent à un moment historiquement déterminé. Voilà une observation que vous ne traitez que trop peu et lorsque vous le faites, c’est sans substance (« une folle solitude »). Je me demande encore les raisons de la conclusion (alambiquée?) de cet ouvrage. De plus, il faut comprendre les relations sociales qui se reproduisent dans les institutions publiques et les productions de ces relations doivent être analysées sérieusement, tant politiquement, sociologiquement, philosophiquement, qu’économiquement, bref, en tenant compte de la réalité non fragmentée. C’est là votre aporie (malgré des soubresauts de clairvoyance) et vous y demeurez enfermé depuis une dizaine d’années déjà… après avoir vogué sur les réformes des années 1990 sur les plans des technologies.
    Vous n’avez pas lu le mémoire en question, pas plus que vous n’aurez le courage de le lire honnêtement. Je ne vous le recommande pas non plus. Il va contre votre pensée sociologique. Heureusement, d’autres sociologues français pensent différemment de vous! Aussi, j’ai treize années d’expérience au secondaire et la lecture de vos textes ne m’a montré qu’une chose : vous n’êtes pas sur le terrain de l’enseignement ni au primaire ni au secondaire (raison de mon choix pour Angélique del Rey) et vous parlez à tort et à travers. Votre idée du progrès en éducation est assez limitée par le fait même (n’y a-t-il pas de régression possible?). Vous reprenez ainsi Renan et Galilée comme s’il était encore possible de « calquer » leurs inquiétudes! Sans le néolibéralisme et sans le capitalisme financier comme on le connaît depuis une quarantaine d’années! Depuis 2008? Votre conception de mots tels que « néolibéral » est simpliste. Votre raisonnement à partir d’une bibliographie est vulgaire. D’autant plus que j’avais eu l’honnêteté d’avoir cité, à ce moment, seulement les ouvrages retenus pour ledit travail de recherche en excluant les autres sources.
    En passant, vous auriez très bien pu me nommer. Moi je vais le faire sans vergogne. Votre papier est une preuve qu’il faut continuer à se battre pour nos enfants au-delà des considérations idéologiques et dogmatiques de chercheurs patentés, titre dont vous vous parez pompeusement. Moi, David Auclair, je reconnais toujours les textes soutenus, scientifiques et les commentaires brillants comme autant de nécessités pour vivre ensemble. Ce que vous faites ici, c’est le contraire. C’est le respect que vous venez de perdre et la face aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search