Travail personnel de l’élève et devoirs

Si la notion de travail personnel est mobilisée pour stigmatiser les « mauvais » résultats scolaires, les conceptions contemporaines de l’éducation dessinent paradoxalement un profil de l’élève idéal caractérisé par une forte autonomie plutôt que par la conformité à un ensemble de prescriptions qui organisent son travail.
Le « bon » élève sait planifier son temps, se concentrer à bon escient, trouver les justes équilibres entre temps de loisirs et temps studieux, relier ses différents apprentissages, etc.
Etrangement, cette compétence à l’autonomie dans le travail scolaire, censée être si importante, est rarement travaillée et documentée dans le système éducatif.

Des modèles de professionnalité enseignante

En parallèle à l’organisation des Entretiens Ferdinand Buisson sur l’identité enseignante, le quotidien AOC m’a sollicité pour une analyse sur ce thème, dans laquelle j’ai développé l’idée d’une rationalité pédagogique qui s’opposerait à la rationalité technicienne qu’une certaine vision du pilotage de l’éducation par la science tend à répandre.

L’État et la recherche en éducation

Le numéro 192 de mai 2018, la revue Diversité est consacrée à « la recherche en éducation : vers de nouvelles interfaces ».
Dans ce numéro, j’ai écrit un article qui considère les politiques publiques concernant la recherche en éducation des 20 dernières années, du rapport Prost de 2001 au rapport Athena en 2017.

L’autonomie des établissements en débat

L’autonomie des établissements scolaires est principalement considérée comme un enjeux de répartition des compétences entre le niveau Étatique et le niveau local. Il génère à ce titre des avis souvent tranchés, qui empruntent au lexique politique et administratif plus souvent qu’au lexique pédagogique ou éducatif. Parfois, l’autonomie des établissements, comme forme achevée de la décentralisation, est présentée, espérée ou crainte comme une façon de contourner des blocages professionnels ou bureaucratiques liés au pilotage national de l’éducation.
Les Entretiens Ferdinand Buisson que nous avions consacrés à cette problématique se sont plutôt intéressés à la vie des établissements et de leurs acteurs, en premier lieu les enseignants, en s’efforçant d’approfondir des situations concrètes qui introduisent au cœur de la thématique des évolutions que peuvent nourrir l’autonomie des écoles.

Étiqueter les méthodes ou parler des pratiques réelles ?

Les querelles de méthodes pédagogiques ne relèvent pas seulement des polémiques qui font la joie des magazines de société. Jusqu’au sein de la communauté scientifique, il n’est pas rare de lire des controverses sur la pertinence de l’approche « constructiviste » ou de la « démarche d’investigation » par rapport à celle de « l’instruction directe » ou des méthodes « explicites ». Mais l’utilisation de ces catégories ou de ces étiquettes génère trop d’approximations inutiles pour servir vraiment la science et contribuer à l’étayage des pratiques éducatives.
Dans le langage éducatif de sens commun, la notion de « méthode » est couramment utilisée. Et au sein des communautés éducatives, on aime aussi se réclamer d’étiquettes censées recouvrir à la fois une démarche et des gestes ou scenarios professionnels jugés intéressants. On peut ainsi évoquer « les classes sans notes », l’approche « par compétences », la « démarche d’investigation », l’enseignement « par projets », la « classe inversée », etc. On comprend l’intérêt de résumer des façons de voir et de faire qui peuvent soutenir des pratiques de transformation pédagogique ou permettre des échanges autour de ces pratiques. Ce recours pratique à certains termes et étiquettes mérite cependant d’être considéré avec précautions .

Vidéos de rentrée

Il y a de plus en plus de vidéos sur You Tube qui ont à voir avec l’éducation, qu’il s’agisse de chaines thématiques dédiées à des contenus scientifiques (comme l’excellent Point G, …avec un G comme géographie) ou de chaines dédiées à l’enseignement...

L’évaluation des élèves en perspective internationale

La DGESCO et l’ESENESR ont organisé en janvier 2017 un séminaire sur l’évaluation des acquis des élèves.
Il m’avait été demandé d’introduire des exemples européens Dans un premier temps, j’ai en fait surtout présenté des exemples rapides de dispositifs dans d’autres pays pour souligner la nature contingente des formes d’évaluation que nous considérons comme essentielles. Dans un deuxième temps j’ai repris des éléments des débats sur l’évaluation qu’on trouve dans la littérature scientifique internationale pour éclairer les enjeux opérationnels que l’on rencontre en France.

A propos des savoirs mobilisables en formation des enseignants

La pluralité des disciplines, courants et savoirs en éducation qui semblent devoir être mobilisés pour la formation a quelque chose de décourageant. Pourtant, celle-ci n’est pas forcément condamnée à la fragmentation et à l’absence de cohérence. Il faut pour cela accepter de chercher les voies et moyens d’une culture générale des savoirs de référence en éducation, basée sur l’articulation étroite avec la pratique pédagogique, plutôt que de poursuivre la quête vaine d’une science appliquée à l’éducation

Une année à l’IFÉ

Au moment de trier les documents, de ranger les dossiers et de faire le point des travaux en cours, que reste-t-il d’une année professionnelle ?
Il y a évidemment les publications traditionnelles (articles, contributions d’ouvrages, rapports…) qui figurent généralement sur ce site.  En parallèle, il y a toute une série de réalisations hybrides, qui prennent des formes de littérature grise ou de contributions encore plus hybrides, à l’image des supports de présentation orale.

La comparaison internationale en éducation

La dimension internationale est devenue un facteur de légitimation particulièrement puissant dans le domaine de la politique éducative comme dans celui de la recherche en éducation. Plus besoin d’argumenter sur les objectifs éducatifs qu’on poursuit et les moyens mis en oeuvre pour les atteindre : l’appel à « ce qui marche ailleurs » est souvent utilisé pour clore un débat qui a été à peine esquissé. De même, plus besoin de démontrer la solidité de son raisonnement ou de son enquête : la publication dans quelque revue de langue anglaise agit comme un approximation suffisante de la qualité scientifique.
Pourtant, si l’on ne s’arrête pas à cet argument d’autorité intellectuellement peu satisfaisant, on peut faire de la comparaison internationale un levier beaucoup plus intéressant de réflexion et de dé-naturalisation de l’éducation.

Toujours sur la formation continue des enseignants

La formation continue classique est souvent perçue comme prescriptive et normative, imposée par l’institution, par exemple pour accompagner la mise en place d’une réforme. Ou alors, c’est affaire individuelle de l’enseignant, un détour temporaire pour s’adapter à un changement ou rechercher une progression de carrière. Parler de « développement professionnel » revient à dire que cette formation devrait être plus étroitement reliée aux enjeux quotidiens du métier. C’est aussi une façon de considérer que la mise à jour et la progression de l’expertise font partie des compétences normales que l’on peut attendre de tout professionnel de l’éducation. Le glissement de sens est là : le développement professionnel porte sur le cœur du métier, et non sur la gestion ponctuelle d’une adaptation. C’est aussi l’idée que la formation la plus pertinente prend naissance dans la discussion collective, par rapport à des situations vécues.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search